« Ce calvaire me donne mal au crâne… »
(Golgotha !)
(extrait du carnet - janvier 2002)